F o r u m s

Navigation du forum

Anosmie suite à un choc physique

Citation

Bonjour à tous,

J'ai longtemps hésité avant de partager mon expérience et mes ressentis, mais la lecture des témoignages m'a poussé à partager ce que je vis au quotidien.

Il y a un an et demi, en août 2020, j'ai subi une agression dans la rue lors d'un voyage à Munich. Une personne qui n'a jamais été identifiée s'est jetée sur moi dans la nuit et ma violemment frappé au visage. J'ai été transporté à l'hôpital suite à l'appel des témoins de la scène, la police est venue mais l'agresseur n'a jamais été retrouvé.

C'est lorsque j'ai pris ma première douche en rentrant à l'appartement que j'ai réalisé que je ne sentais pas l'odeur du gel douche. Ma peur s'est accentuée lorsque j'ai compris que les aliments que j'ai mangé au repas n'avaient plus de saveurs non plus. Ce que je ressentais était le sucré, salé, acide, amer mais pas le reste.

Je suis rentré en France ou j'ai rencontré plusieurs professionnels de santé :

  • mon médecin généraliste à l'écoute qui m'a donné des sortes de calmants (lithium)
  • une psychologue pour passer le choc de l'agression
  • Un ORL qui a regardé 5 minutes mes nasaux ; Pour le coup une grande déception sur ce corps médical qui m'a dit "Si au bout de 6 mois votre odorat est pas revenu, c'est fini, fichu" , une punchline dont je me rappellerai toujours
  • Une Orthophoniste qui m'a guidé vers la méthode des 6 huiles essentielles à identifier

Quand j'ai lu les témoignages sur ce site, je me suis retrouvé à travers plusieurs d'entre vous ;

La détresse de ne pas sentir et apprécier les aliments était au début ce à quoi je pensais le plus, mais j'ai vite ressenti que c'est le parfum/odeur de ma femme et de mes deux enfants qui me manque le plus.

Depuis un an et demi je reste dans une démarche pour essayer de retrouver des sensations olfactives. J'ai eu des "éclairs" ou j'ai pu sentir une odeur comme la framboise dans une leffe ruby, la cannelle dans un biscuit, l'odeur du pain devant le boulanger. Ce sont des sensations très rares et les explications que j'ai eues sont que les nerfs olfactifs ont été sectionnés par les chocs au visages. Je me demande quelle est la part du psychologique dans cette perte et à quel point je retrouverais des capacités avec le temps.

Les commentaires de proches qui ont pris cet handicap avec des mots d'humour pour tenter de réconforter sont évidemment difficiles. Je pense que l'anosmie est un handicap mal reconnu et j'espère que les professionnels pourront trouver des traitements dans le futur.

Bon courage à tous ceux qui en sont atteints, quelque en soit la forme et l'origine,

Tristan,

Citation

Bonsoir Tristan,

Merci et bravo à vous pour ce témoignage. Vous indiquez des flashs d'odeur et cela est intéressant, je souhaite simplement qu'ils soient réels. Pour cela, pouvez-vous réaliser avec vos proches quelques tests olfactifs à l'aveugle ?

Ensuite il est nécessaire de réaliser notre protocole de rééducation olfactive sur 12 ou 16 semaines  pour tenter de retrouver quelques sensations.

Courage à vous et tenez-nous au courant

Amicalement,

Jean-Michel

Citation

Bonjour Jean-Michel,

Merci beaucoup pour votre conseil sur la durée du protocole !

Pour les tests à l'aveugle, j'en ai effectivement effectués avec à la fois des succès et des échecs.

Pour les échecs, je sens parfois des odeurs qui sont inexistantes pour les autres. Il m'arrive de rentrer dans une pièce de la maison, de dire à ma femme ou un ami "ah la je sens une odeur bien présente!" et elle me répond qu'il n'y a pas l'odeur qui j'imagine.

D'un autre côté j'ai aussi pu sentir dans la rue une fois l'odeur de poulet rôti par exemple, j'en ai fait part et c'était bien "vrai", une rôtisserie était à coté. Pour le coup, ce genre de victoire me fait donner des ailes sur le moment, je repars plein d'espoir. Et je redescend vite à la réalité quand je vois que je n'arrive pas à identifier l'odeur du poulet quand je le cuisine chez moi.

Je suis dans un état d'esprit ou je ne veux pas perdre l'espoir de retrouver des sensations comme avant, même si je sais que je ne retrouverai sans doute pas ma palette olfactive.

Je n'ai pas perdu l'appétit mais mes habitudes alimentaires ont changé. Le témoignage de la personne qui a perdu l'ensemble de son gout et odorat mais se plait à manger des plats avec des belles présentations et textures m'a beaucoup touché.

Tristan,

 

 

ORL et chirurgien cervico-facial Clinique santé Atlantique Avenue Claude Bernard 44800 Saint Herblain

 

Psychologue / psychosociologue – Cabinet KAIROS Analyse 73 Rue de la Gare, 61100 Flers

 

Diététicienne – nutritionniste 53 Boulevard du Général de Gaulle, 61440 Messe