Le goût et l’odorat en 3 tests, et vous comment ça marche ?

Bonjour à tous,

 

J’espère que vous allez pour le mieux !

 

Nous avons reçu beaucoup de questions depuis quelques semaines au sujet des troubles du système olfacto-gustatif, perte de l’odorat (anosmie), perte du goût (agueusie). Ces troubles peuvent avoir plusieurs origines comme par exemple ce coronavirus dont nous entendons beaucoup parler depuis quelques semaines (pandémie Covid-19).

 

Les 3 objectifs de cet article sont les suivants : 

  1. Fournir quelques informations sur le fonctionnement de notre goût et de notre odorat
  2. Transmettre quelques exercices individuels pour découvrir et identifier les différentes fonctions
  3. Permettre à chacun de réaliser son propre diagnostic du goût et de l’odorat et ainsi de détecter d’éventuels dysfonctionnements

 

Le goût et l’odorat sont des sens intimement liés, ils fonctionnent de manière complémentaire pour fournir la puissance des sensations lorsque vous sentez un parfum, dégustez une glace ou encore une madeleine… de Proust 😉

 

Mais avant toute chose, quelques explications importantes :

  • La détection des odeurs (ex : clémentine, rose, girofle) se fait dans le nez par la muqueuse olfactive (en orange sur le dessin ci-dessous). Les informations sont ensuite remontées au cerveau par une structure appelée ‘bulbe olfactif’ (en jaune sur le dessin ci-dessous). Cette détection peut se faire par 2 voies différentes :
      • la voie rétronasale = circulation de l’air depuis l’arrière du palais vers le nez à l’intérieur de la bouche
      • la voie orthonasale = circulation de l’air directement par le nez

 

 

  • La détection des saveurs (le sucré, le salé, l’acide, l’amer et l’umami) se fait sur la langue, par l’intermédiaire des petits points que vous pouvez apercevoir sur votre langue en la tirant face à un miroir. Ces points sont les papilles gustatives. Elles sont constituées de structures microscopiques, les bourgeons du goût qui permettent de traiter les informations et de les envoyer au cerveau.

 

 

  • L’anosmie est la perte totale de l’odorat par une lésion de la muqueuse olfactive ou par l’absence de bulbe olfactif (anosmie congénitale)
  • L’agueusie est la perte totale du goût par une lésion des bourgeons gustatifs
  • L’anosmie n’entraîne pas l’agueusie mais impacte très sérieusement le goût
    • L’odorat participe à hauteur de 80% à la construction du goût par l’olfaction retronasale
    • Exemple lorsque vous avez le nez bouché la qualité du goût diminue mais les saveurs restent présentes

 

Ce système olfacto-gustatif est composé de 3 sens chimiques : 

  • La muqueuse olfactive (en orange) et le bulbe olfactif (en jaune) – Figure 1 
    • Détection des odeurs (ex : cacao, café, vanille, etc..)
  1. Les papilles gustatives présentes sur la langue – Figure 2
    • Détection des saveurs : sucré, salé, acide, amer, umami
  • Le système trigéminal ou nerf trijumeau (en jaune) – Figure 3
    • Détection des sensations (ex : chaud, froid, irritant, piquant)

 

 

Un test permettant de solliciter chacun de ces 3 sens ‘chimiques’ vous sera proposé ci-dessous

 


 

Tests n°1 – Dégustation de l’eau

Sollicitation du bulbe olfactif et des papilles gustatives

 

Conditions du test

  • Possibilité de réaliser ce test seul mais idéalement à 2 personnes pour faciliter la dégustation à l’aveugle
  • La concentration est importante pour être à l’écoute de ses sensations
  • Il s’agit bien de ‘déguster’ (le mot est important) les aliments, il est important de prendre son temps

 

Matériel nécessaire

  • De l’eau aromatisée à la fraise (incolore)
  • De l’eau aromatisée au pamplemousse (incolore)
  • De l’eau aromatisée au citron (incolore)
  • De l’eau minérale naturelle, dans laquelle vous aurez ajouté et dilué du sel fin  
  • 4 petits verres identiques (il est important qu’ils soient en verre pour ne pas perturber le test)
  • Un bandeau pour se masquer la vue (facultatif, vous pouvez fermer les yeux !)

 

Protocole du test 

  • Identifier vos 4 petits verres
    • Marque discrète si possible, invisible depuis l’intérieur
  • Remplir vos 4 petits verres  avec les 4 eaux énumérées ci-dessus
    • Les remplir au même niveau chacun pour ne pas pouvoir les reconnaître facilement
  • Mélanger la position des 4 petits verres
    • Pour ne pas savoir quelle eau se trouve dans quel verre
  • Dégustez l’eau de chaque verre en tentant de les reconnaître
  • Prendre connaissance du contenu, après avoir goûté les 4 verres

 

Interprétation des résultats 

Rappel : lors de ce test, nous souhaitons solliciter 2 composantes : le bulbe olfactif et les papilles gustatives 

  • Si je détecte le sucré (fraise), l’acidité (citron), le salé (sel) ou bien l’amertume (pamplemousse) ce sont les papilles gustatives qui fonctionnent, reçoivent ces informations et les transmettent à mon cerveau
  • Si je détecte les odeurs de la fraise, du citron ou bien du pamplemousse c’est que le bulbe olfactif fonctionne, reçoit ces informations et les transmet à mon cerveau.

 

L’opération peut être répétée à intervalle régulier et les résultats pourront être notés pour permettre de suivre l’évolution en cas de rééducation suite à un trouble de l’olfaction.

 

 

‘Mais sans amour, c’est comme si le monde n’existait pas, non? dit-elle. Sans amour, le monde n’est qu’un souffle de vent qui passe devant tes fenêtres. Ne pas pouvoir toucher la main de quelqu’un, c’est comme être privé d’odorat.’ (Haruki Murakami, écrivain japonais)

 


 

Tests n°2 – le carré de chocolat

Sollicitation des papilles gustatives et du bulbe olfactif

 

Conditions du test

  • Possibilité de réaliser ce test seul 
  • La concentration est importante pour être à l’écoute de ses sensations
  • Il s’agit bien de ‘déguster’ (le mot est important) ce carré de chocolat, il est important de prendre son temps

Matériel nécessaire 

  • Un ou plusieurs carrés de chocolat (72% de cacao minimum)

Protocole du test 

  • Pincez votre nez (comme à la piscine) pour atténuer l’odorat
  • Mettez le carré de chocolat dans votre bouche (toujours avec le nez pincé)
  • Mastiquez le chocolat jusqu’à ce qu’il soit totalement liquide dans votre bouche (toujours avec le nez pincé)

A ce moment du test vous devez avoir la sensation du sucré

 

  • Ensuite, ‘libérez’ votre nez pour récupérer l’odorat par la voie retronasale

A ce moment du test vous devez récupérer l’odeur du ‘cacao’

 

Interprétation des résultats 

Rappel : lors de ce test, nous souhaitons solliciter 2 composantes : le bulbe olfactif et les papilles gustatives 

  • Si je détecte le sucré lors de la mastication du carré de chocolat ce sont les papilles gustatives qui fonctionnent, reçoivent ces informations et les transmettent à mon cerveau.
  • Si je détecte l’odeur du cacao c’est que le bulbe olfactif fonctionne, reçoit ces informations et les transmet à mon cerveau.

 

L’opération peut être répétée à intervalle régulier et les résultats pourront être notés pour permettre de suivre l’évolution en cas de rééducation suite à un trouble de l’olfaction.

 

 

‘L’odorat, le mystérieux aide-mémoire, venait de faire revivre en lui tout un monde.’ (Victor Hugo, artiste, écrivain, poète, romancier)

 


 

Tests n°3 – Le trijumeau

Sollicitation du système trigéminal (nerf trijumeau) et du bulbe olfactif

 

Conditions du test

  • Possibilité de réaliser ce test seul
  • La concentration est importante pour être à l’écoute de ses sensations
  • Il s’agit bien de ‘déguster’ (le mot est important) les odeurs ou les aliments, il est important de prendre son temps

 

Matériel nécessaire

  • De l’huile essentielle de menthe poivrée
  • Un flacon d’environ 100 ml d’eau avec son bouchon
  • De l’eau gazeuse non aromatisée
  • Du piment en poudre ou de la moutarde

 

Protocole du test 

  • Ouvrez votre flacon, dosez 20 gouttes d’huile essentielle et 50ml d’eau
    • Nous aurons donc un mélange dosé à 2% d’huile essentielle
    • Renifler votre flacon en le positionnant à 2-3 cm de votre nez

A ce moment du test vous devez sentir l’odeur de la menthe mais aussi ressentir le piquant dans votre nez

 

  • Servez-vous un verre d’eau gazeuse et conservez en bouche le liquide quelques instants

A ce moment du test vous devez ressentir le pétillant du liquide en bouche

 

  • Dégustez quelques grains de poudre de piment ou un peu de moutarde

A ce moment du test vous devez ressentir le piquant des épices ou de la moutarde sur votre langue

 

Interprétation des résultats 

Rappel : lors de ce test, nous souhaitons solliciter 2 composantes : le trijumeau et le bulbe olfactif 

Si je détecte l’odeur de la menthe, c’est que le bulbe olfactif fonctionne, reçoit ces informations et les transmet à mon cerveau.

  • Si je détecte le piquant de la menthe dans le nez, c’est que le système trigéminal (nerf trijumeau) fonctionne, reçoit ces informations et les transmet à mon cerveau.
  • Si je détecte le piquant de la moutarde ou du piment sur la langue c’est que les nerf lingual, qui est un nerf sensitif du système trigéminal fonctionne, reçoit les informations et les transmet à mon cerveau.

 

L’opération peut être répétée à intervalle régulier et les résultats pourront être notés pour permettre de suivre l’évolution en cas de rééducation suite à un trouble de l’olfaction.

 

 

‘On vit tous les jours dans l’attente de ce que l’on mangera le soir, l’appétit s’aiguise, le palais et l’odorat s’excitent, on est heureux d’avoir faim.’ (Stéphane Méliade, poète, nouvelliste et auteur français de romans pour la jeunesse)

 


 

Informations complémentaires

 

Pour ceux qui voudraient aller encore un peu plus loin, je vous recommande l’intervention de Hirac Gurden (directeur de recherche en neurosciences au CNRS) intitulée « De l’importance de l’odorat : la recette cérébrale de la Madeleine de Proust » extraite de la conférence organisée par le centre Georges Pompidou ‘Odorama pour une culture ollfactive’.

 

Introduction :

L’odorat a toujours eu mauvaise réputation : on l’accuse d’être un sens inférieur, animal, primitif, instinctif, refoulé, superflu, sous-développé, subjectif, inapte à l’abstraction…

Pourtant, les odeurs, tour à tour sacrées, thérapeutiques, esthétiques, jouent un rôle à part dans l’histoire de l’homme. S’il a été avant tout conçu pour la détection du danger et la survie, notre odorat est, plus que tout autre sens, intimement connecté à nos émotions et à notre mémoire. Ces liens privilégiés, combinés au cerveau perfectionné que l’homme a développé au fil de l’évolution, en font un outil unique d’introspection, de connaissance de soi et du monde, et la base d’une culture émergente qui nous mènera enfin par le bout du nez…

Avec : Clara Muller, Dominique Brunel, Mathieu Chévara, Aurélien Guichard, Hirac Gurden, Delphine De Swardt, Boris Raux, Julie C. Fortier

 

⇒ L’intervention de Hirac Gurden (cliquez ici)

⇒ La conférence dans son intégralité (cliquez ici)

 


 

Vous pouvez télécharger ces 3 tests au format *pdf en cliquant ici© Copyright association anosmie.org

 

Sources et contributions à la rédaction de ce document

Hirac GURDEN – Directeur de recherche CNRS – Paris 

Robert CHHUOR – Chirurgien orl – groupe ORL Atlantique – Nantes 

Jean-Michel MAILLARD – Anosmique traumatique et président fondateur de l’associationanosmie.org’ – Normandie

Odorama pour une culture olfactive : www.dailymotion.com  

Illustrations : www.wikipedia.org / www.sommelier-vins.com / www.newyorkinjurycasesblog.com

Protocole de rééducation olfactive association : www.anosmie.org

 

* Certains aspects ou origines de l’anosmie et de l’agueusie ne sont pas évoqués dans ce document (maladies neuro-dégénératives, atteinte du système nerveux central, syndrome Kallmann de Morsier, etc..) pour faciliter la compréhension du plus grand nombre.

 

Amicalement,

 

Jean-Michel Maillard
Président de l’association ‘anosmie.org

 

j2m

Author: j2m

16 thoughts on “Le goût et l’odorat en 3 tests, et vous comment ça marche ?

  1. Avatar
    etienne 21 novembre 2020 at 19 h 34 min

    bonjour

    je n’ai ni gout ni odorat depuis au moins 20 ans .pour moi ce n’est pas un problème sauf au moment de noël (foie gras bon vin et j’ai tjrs le même parfum qui reste dans mes souvenir ) avant je prenais de la cortisone e hop ça revenais, vu 20 médecins ,,, caméra ds le nez etc etc cortisone a gogo mais rien désensibilisation rien donc je m’y suis faite j’ai 62 ans et j’avoue que dans mon métier d’atsem c’est le top (pipi caca vomi c’est tjrs moi qu’on appelle lol)la dépression je ne connais pas mais je comprends les personnes qui sont atteintes. quand je cuisine je sollicite mon mari,, plus de gaz car j’ai failli faire exploser l’appartement . maintenant si je peux retrouver un tout petit peu ces odeurs ça me plairait bien sinon bahhh tant pis. Il y a des handicap beaucoup plus grave dans la vie

  2. Avatar
    Agnès 15 novembre 2020 at 14 h 29 min

    Bonjour, ma belle mère, âgée de 89 ans, se plaint de ne plus trouver aucun plaisir à manger. Elle trouve même mauvais goût aux aliments salés, préfère le sucré. Médecin et ORL n’ont rien à lui proposer. Comment puis-je l’aider ? Merci de votre réponse

  3. Avatar
    Catherine 11 novembre 2020 at 8 h 18 min

    Medecin generaliste , j etais demunie vis à vis de ce trouble d anosmie surtout depuis le coronavirus.Je diffuse largement votre site bienveillant avec de l espoir donné aux patients et des explications claires. Mes contacts sont passionnés.
    Grand merci de votre aide.

  4. Avatar
    Anonyme 2 octobre 2020 at 16 h 06 min

    Bonjour,

    Anosmique depuis 2 ans et suivi pendant 1an par un ORL, aucune cause n’a été retrouvée. Je viens de découvrir grâce à votre test que je n’ai pas d’agueusie ce que mon ORL n’a pas discerné. J’ai téléchargé votre protocole de rééducation du gout en 12 semaines.

  5. Avatar
    florence 2 octobre 2020 at 16 h 05 min

    Bonjour,

    Anosmique depuis 2 ans et suivi pendant 1an par un ORL, aucune cause n’a été retrouvée. Je viens de découvrir grâce à votre test que je n’ai pas d’agueusie ce que mon ORL n’a pas discerné. J’ai téléchargé votre protocole de rééducation du gout en 12 semaines.

  6. Avatar
    Boyer 23 septembre 2020 at 16 h 08 min

    Bonjour, j ai été infectée par le covid vers le 11 septembre, perte d odorat et je ne trouve plus la saveur des aliments…j arrive à détecter le sel , le sucre, l acidité,l amertume .J ai une sensation de nez bouché.Mon medecin me dit de patienter…..

  7. Avatar
    Justin 2 septembre 2020 at 1 h 14 min

    Bonsoir, moi j’ai mon mal depuis un certain temps cela fais maintenant 1ans je ressens un écoulement à l’arrière gorge et le nez qui se bouche à chaque instant la journée le côté droit est bouché ensuit de suite et mes collègues ressentent une mauvaise odeur venant de ma bouche,
    J’ai même consulté un ORL il a par pu remédier à mon problème je suis seul avec se problème j’ai tout essayé antibiotiques,antifongiques etc plein d’autre médicaments conseillés contre l’anémie tout ça, parque par moment j’ai une forte fièvre et beaucoup faible <>
    J’ai aussi fais la radio pour voir si j’avais un souci au niveau de l’estomac rien a été trouvé comme reflu gastrique

  8. Avatar
    Evelyne 20 juillet 2020 at 12 h 38 min

    Bonjour ! Je suis anosmique et agueusique partielle depuis plus de 10 ans cela insidieusement sans raison apparente suivie par un ORL pendant 3 ans ce dernier a fini par me dire que si les sens me revenaient je devais le reconsulter… Depuis une allergologue me traité pour finir pour rhinite chronique par corticoïdes inhalés et m’a découvert une apnée du sommeil appareillée…

    Y a t il un rapport ? J’ai 69 ans…

  9. Avatar
    Gimyli 5 juin 2020 at 23 h 49 min

    Bonjour, je vous ai laissez un mail mais je ne sais pas si c’était le bon endroit demandant de l’aide ou précision sur ma perte de goût et d’odorat suite au corona depuis Le 19mars. Merci pour ses explications qui éclairent les différentes expériences qu’on avait pu me faire faire.
    Merci

  10. Avatar
    Suzanne Mathieu 3 mai 2020 at 15 h 01 min

    Il aura fallu la pandémie du coronavirus pour que j’entende parler de manière positive de l’anosmie. J’ai 80 ans et j’en souffre depuis environ 10 ans. Mon médecin m’avait alors répondu que cela arrivait souvent chez les personnes âgées, ce qui signifiait pour lui que je n’avais pas à m’en faire et que je devais accepter cette condition. Je suis allée voir un ORL qui m’a dit que mes sinus étaient OK ce qui selon lui était SA réponse à mon anosmie….!!!! Je vais faire vos tests et espère avoir quelques réponses à ma condition que j’aimerais bien voir régressée….

  11. Avatar
    Olivier et Wendy 27 avril 2020 at 16 h 24 min

    Je viens de découvrir votre association avec bonheur, j’ai perdu mon odorat (et finalement pas mon goût) à cause du coronarivus. Je faisais effectivement une confusion entre mon goût et mon odorat et je ne connaissais pas ce trijumeau. C’est très clair pour moi maintenant. Et suite à notre conversation téléphonique pleine de bienveillance de ce midi je vais démarrer la rééducation olfactive.
    Comment vous remercier ! merci beaucoup et a très vite
    bien cordialement

  12. Avatar
    Bertrand le gall 6 avril 2020 at 17 h 20 min

    Le test du chocolat, celui ci je m’en rappellerais toujours, surtout avec mes collegues.
    Bonne continuation
    Bertrand

  13. Avatar
    Agathe 6 avril 2020 at 16 h 22 min

    C’est super ! Vous liez l’anosmie, ce handicap que l’Europe est en train de découvrir et l’apprentissage de l’odorat, le goût, le trijumeau.. Le tout dans un esprit ludique très clair. Merci pour nous

  14. Avatar
    Doumenc 6 avril 2020 at 2 h 09 min

    Merci beaucoup pour ces articles .
    Anosmique depuis 10 ans à la suite d’un accident, trauma crânien, j’étais une curieuse sensation ces derniers temps :L’impression de trouver une finesse dans les analyses de saveurs et surtout de sentir certaines choses alors que jusqu’alors c’était le vide sidéral en ce qui concerne l’olfaction,par exemple je sens Nettement le thym ou la lavande.
    Est-il possible que je retrouve l’odorat ? Les médecins m’avaient certifié que non ,Ou serait ce un effet du travail permanent de stimulation que je fais depuis mon accident ? Une sorte d’illusion ,d’auto persuasion ? En tout cas c’est troublant
    Merci encore
    Christine

  15. Avatar
    Anne-Sophie 5 avril 2020 at 21 h 33 min

    Bonsoir, merci pour ces précieux détails, je ne faisait pas la différence, je viens de faire le test de l’eau avec de l’eau gazeuse à la menthe et je ne sens pas la menthe, juste les bulles. Merci, je vais poursuivre

  16. Avatar
    GOURDIER Jacques 5 avril 2020 at 17 h 07 min

    Salut J-Michel,
    si tu es confiné ? tu reste très actif et je t’en félicite, car tu restes au service de l’association.
    Merci encore pour tout ce que tu apportes aux Anosmiques déclarés ou anonymes.
    Je vais essayer tes tests je te tiendrais au courant.
    Amitiés en attendant de te revoir un jour prochain.
    Jacques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.