La perte d’odorat, polypose naso-sinusienne, un espoir pour ceux qui en souffrent ?

Bonjour à tous,

 

J’espère que vous allez pour le mieux !

 

Nous avons rencontré le docteur Robert CHHUOR, chirurgien orl à la clinique Santé Atlantique de Saint Herblain, près de Nantes (44) pour évoquer avec lui la polypose nasosinusienne.

Cette pathologie chronique des sinus de la face assez répandue entraîne l’hyposmie et dans certains cas l’anosmie. Son origine reste encore mal connue, allergie, infection bactérienne, virale, aucune n’est validée avec certitude. Elle s’accompagne de grosses difficultés à respirer.

Nous avons posé quelques questions au docteur Robert CHHUOR pour faire un état des lieux mais aussi pour savoir si des espoirs peuvent exister pour tous ceux qui sont touchés par cette maladie chronique.

 


 

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est une polypose naso-sinusienne et quels en sont les symptômes ?

La polypose nasosinusienne est une maladie inflammatoire chronique de la muqueuse respiratoire. Il s’agit donc d’une pathologie que le patient va porter toute sa vie.

Cette première notion est très importante à expliquer au patient car elle va avoir un impact sur l’acceptation de la maladie et les conséquences du traitement.

Elle est souvent associée à l’asthme dans 40% des cas et à la rhinite allergique dans 25% des cas.

Parfois la polypose nasosinusienne peut rentrer dans 9% des cas dans le syndrome de Fernand Widal qui associe polypose nasosinusienne + asthme + allergie à l’aspirine ou aux anti-inflammatoires non stéroïdiens.

 

Les symptômes ne sont pas spécifiques à la polypose nasosinusienne.

On peut citer :

  • La perte d’odorat partielle, rarement la perte totale
  • L’écoulement nasal clair
  • le nez bouché
  • des maux de têtes au niveau du front de façon intermittente

 

Les différents sinus – https://commons.wikimedia.org

 

 

Ils entraînent une altération de la qualité de vie qui peut être quantifiée par un questionnaire parmi lequel SNOT 22.

Pour objectiver ces polypes, le médecin ORL doit introduire une caméra dans le nez qu’on appelle une nasofibroscopie. Il s’agit d’un examen peu agréable mais non douloureux qui permet un bilan morphologique de l’état muqueux du nez.

 

Le bilan initial complet lors de la découverte d’une polypose nasosinusienne comporte :

  • Un bilan pulmonaire avec exploration fonctionnelle respiratoire
  • Un bilan allergologique
  • Une prise de sang (numération formule sanguine)
  • Un scanner des sinus sans injection

 

 

Y-a-t-il des statistiques sur le nombre de personnes touchées par cette maladie ?

Environ 4% de la population générale souffre de polypose nasosinusienne.

 

Polypes

 

Quels sont les traitements actuels ? sont-ils efficaces ?

Il s’agit d’une pathologie chronique comme l’hypertension artérielle ou le diabète. Le traitement repose sur les corticoïdes nasaux au long cours. Le traitement de la crise (le nez totalement bouché malgré le traitement local ou des maux de têtes invalidants) s’appuie sur une corticothérapie par voie orale sur 10 jours à 1 mg/kg/j associé à des lavages des fosses nasales au sérum physiologique.

Si ce traitement médical devient inefficace (plus de deux cures de corticothérapie par voie orale en un an) et si le patient est très gêné dans sa vie quotidienne alors un traitement chirurgical peut être proposé.

Comme j’ai précisé au début de l’interview, il s’agit d’une pathologie chronique et malheureusement le traitement chirurgical ne permet pas de traiter définitivement la maladie.

En effet il existe des récidives après chirurgie dans 30% des cas dans les cinq ans. Il existe plusieurs facteurs cliniques prédictifs de succès de la chirurgie (association avec l’asthme, avec la rhinite allergique…).

La chirurgie est efficace sur le versant de nez bouché à court terme. Il existe principalement deux techniques pour traiter la polypose nasosinusienne : l’ethmoïdectomie ou la polypectomie. L’ethmoïdectomie est réalisée souvent sous neuronavigation, un système de GPS dans le nez pour se géolocaliser.

 

Nous entendons souvent parler d’un régime alimentaire, d’une hygiène de vie qui diminuerait les effets de cette PNS ? qui favoriserait le bien être des patients, qu’en est-il ?

La polypose nasosinusienne est une pathologie inflammatoire de la muqueuse respiratoire. Le principe est donc de diminuer cette inflammation nasale notamment par un régime alimentaire pauvre en sulfites et en protéines de lait de vache.

Les sulfites sont retrouvés en général dans le vin blanc pétillant ou dans le champagne et les protéines de lait de vache notamment dans les fromages.

Ceci n’est pas consensuel mais est souvent proposé sans restriction drastique.

 

Quels sont les traitements à venir ? Y a-t’il de l’espoir pour ceux qui sont touchés par cette pathologie ?

Concernant la polypose nasosinusienne en échec de traitement médical et chirurgical, il existe maintenant la biothérapie ou l’immunothérapie qui diminue les récidives.

Il s’agit d’un traitement d’injection sous la peau d’anticorps contre les anticorps secrétés par l’inflammation nasale. Il s’agit d’une prescription hospitalière et son coût est onéreux, c’est la raison pour laquelle la décision est prise au sein d’un comité de médecins.

Les effets secondaires sont mineurs et peu fréquents.

Il s’agit d’un traitement d’espoir pour les patients porteurs d’une polypose nasosinusienne récalcitrante et invalidante.

Cliquez sur l’article ci-dessous pour le visualiser

 


 

Un grand merci au docteur Robert CHHUOR pour sa disponibilité et pour la mise à disposition de toutes toutes ces informations.

 

Amicalement,

 

Jean-Michel Maillard
Président de l’association ‘anosmie.org’

j2m

Author: j2m

7 thoughts on “La perte d’odorat, polypose naso-sinusienne, un espoir pour ceux qui en souffrent ?

  1. Avatar
    MN Concaro 28 septembre 2020 at 22 h 46 min

    Je viens de relire l’interview du Dr Chhuor et de rerelire l’article sur la biothérapie qui me laisse rêveuse. Après des années de traitement avec corticoïdes nasaux et par voie orale, plusieurs fois par an, j’ai été opérée en juin. Après deux mois de répits où j’ai respiré librement avec les poumons non encombrés, en ayant retrouvé l’odorat et le gout tout doucement ils ont disparu sans que les narines soient bouchées. Je viens de replonger et la chute est dure. Je reprends de la cortisone par voie orale pour essayer d’enrayer la descente et me demande si de nouveaux traitements ne sont pas accessibles. C’est pourquoi l’article sur la biothérapie a piqué ma curiosité mais elle a l’air de n’être proposée qu’au compte goutte. De plus son coût est inabordable (sauf grosse fortune…environ1800€ l’injection tous les 15 jours) , non remboursé dans le cas de polypes par la sécurité sociale d’après ce que j’ai pu lire par ailleurs (remboursé à 65% dans les cas grave de dermatologie). Si c’est bien le cas, une action pourrait peut-être faire avancer les choses… Et merci pour tous ces articles!

  2. Avatar
    Emmanuel H 22 août 2020 at 15 h 43 min

    Très intéressant, merci au docteur Robert CHHUOR pour le partage et le temps consacré.
    Bon courage à tous

  3. j2m
    j2m 6 août 2020 at 21 h 43 min

    Bonsoir Souad,

    Merci pour votre message, vous trouverez dans le menu ‘L’anosmie’ puis ‘réseau anosmie’ puis ‘rechercher un spécialiste’ les adresses des professionnels de santé que nous avons enregistrés suite à des messages reçus de personnes qui sont allés les rencontrés. Pour Toulouse nous avons une adresse au CHU. N’oubliez pas de nous faire un retour.

  4. Avatar
    Souad 6 août 2020 at 21 h 02 min

    Bonjour,
    Je suis heureuse d’entendre un médecin parler de ce nouveau traitement prometteur. Je souffre d’une polypose nasale depuis plus de 25 ans. J’en ai parlé avec un ORL sur Toulouse qui ne semblait par connaître ce traitement et qui m’a dit clairement que je devais vivre avec . C’était dans une clinique. Pensez vous qu’un médecin en hôpital serait plus à l’écoute. Si oui dans quel hôpital de Toulouse puis je le trouver.
    Merci pour l’attention que vous porterez à ce message.

  5. Avatar
    Drujon 3 août 2020 at 0 h 09 min

    Je viens de laisser le dernier commentaire mais il est resté anonyme ce que je ne souhaitais pas

  6. Avatar
    Anonyme 3 août 2020 at 0 h 07 min

    Merci pour cette interview
    Elle me donne vraiment de l’espoir et je m’y retrouve complètement !
    J’aimerais savoir s’il est possible de aller à Nantes pour rencontrer ce professeur ou s’il existe des médecins aussi compétents et sensibilisés à notre double handicap soit dans le Loiret soit en région parisienne ?
    Néanmoins je suis prête à me rendre à Nantes si cela peut aider à ma guérison car cela fait plus de 25 ans que cela dure pour moi …

  7. Avatar
    Anonyme 1 août 2020 at 23 h 31 min

    Bonjour,
    Quel est ce traitement d’anticorps injectes sous la peau contre des anticorps secretés par l’inflammation nasale ? S’agit-il d’injection d’immunoglobuline ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.