La perte d’odorat, polypose naso-sinusienne, un espoir pour ceux qui en souffrent ?

Bonjour à tous,

 

J’espère que vous allez pour le mieux !

 

Nous avons rencontré le docteur Robert CHHUOR, chirurgien orl à la clinique Santé Atlantique de Saint Herblain, près de Nantes (44) pour évoquer avec lui la polypose nasosinusienne.

Cette pathologie chronique des sinus de la face assez répandue entraîne l’hyposmie et dans certains cas l’anosmie. Son origine reste encore mal connue, allergie, infection bactérienne, virale, aucune n’est validée avec certitude. Elle s’accompagne de grosses difficultés à respirer.

Nous avons posé quelques questions au docteur Robert CHHUOR pour faire un état des lieux mais aussi pour savoir si des espoirs peuvent exister pour tous ceux qui sont touchés par cette maladie chronique.

 


 

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est une polypose naso-sinusienne et quels en sont les symptômes ?

La polypose nasosinusienne est une maladie inflammatoire chronique de la muqueuse respiratoire. Il s’agit donc d’une pathologie que le patient va porter toute sa vie.

Cette première notion est très importante à expliquer au patient car elle va avoir un impact sur l’acceptation de la maladie et les conséquences du traitement.

Elle est souvent associée à l’asthme dans 40% des cas et à la rhinite allergique dans 25% des cas.

Parfois la polypose nasosinusienne peut rentrer dans 9% des cas dans le syndrome de Fernand Widal qui associe polypose nasosinusienne + asthme + allergie à l’aspirine ou aux anti-inflammatoires non stéroïdiens.

 

Les symptômes ne sont pas spécifiques à la polypose nasosinusienne.

On peut citer :

  • La perte d’odorat partielle, rarement la perte totale
  • L’écoulement nasal clair
  • le nez bouché
  • des maux de têtes au niveau du front de façon intermittente

 

Les différents sinus – https://commons.wikimedia.org

 

 

Ils entraînent une altération de la qualité de vie qui peut être quantifiée par un questionnaire parmi lequel SNOT 22.

Pour objectiver ces polypes, le médecin ORL doit introduire une caméra dans le nez qu’on appelle une nasofibroscopie. Il s’agit d’un examen peu agréable mais non douloureux qui permet un bilan morphologique de l’état muqueux du nez.

 

Le bilan initial complet lors de la découverte d’une polypose nasosinusienne comporte :

  • Un bilan pulmonaire avec exploration fonctionnelle respiratoire
  • Un bilan allergologique
  • Une prise de sang (numération formule sanguine)
  • Un scanner des sinus sans injection

 

 

Y-a-t-il des statistiques sur le nombre de personnes touchées par cette maladie ?

Environ 4% de la population générale souffre de polypose nasosinusienne.

 

Polypes

 

Quels sont les traitements actuels ? sont-ils efficaces ?

Il s’agit d’une pathologie chronique comme l’hypertension artérielle ou le diabète. Le traitement repose sur les corticoïdes nasaux au long cours. Le traitement de la crise (le nez totalement bouché malgré le traitement local ou des maux de têtes invalidants) s’appuie sur une corticothérapie par voie orale sur 10 jours à 1 mg/kg/j associé à des lavages des fosses nasales au sérum physiologique.

Si ce traitement médical devient inefficace (plus de deux cures de corticothérapie par voie orale en un an) et si le patient est très gêné dans sa vie quotidienne alors un traitement chirurgical peut être proposé.

Comme j’ai précisé au début de l’interview, il s’agit d’une pathologie chronique et malheureusement le traitement chirurgical ne permet pas de traiter définitivement la maladie.

En effet il existe des récidives après chirurgie dans 30% des cas dans les cinq ans. Il existe plusieurs facteurs cliniques prédictifs de succès de la chirurgie (association avec l’asthme, avec la rhinite allergique…).

La chirurgie est efficace sur le versant de nez bouché à court terme. Il existe principalement deux techniques pour traiter la polypose nasosinusienne : l’ethmoïdectomie ou la polypectomie. L’ethmoïdectomie est réalisée souvent sous neuronavigation, un système de GPS dans le nez pour se géolocaliser.

 

Nous entendons souvent parler d’un régime alimentaire, d’une hygiène de vie qui diminuerait les effets de cette PNS ? qui favoriserait le bien être des patients, qu’en est-il ?

La polypose nasosinusienne est une pathologie inflammatoire de la muqueuse respiratoire. Le principe est donc de diminuer cette inflammation nasale notamment par un régime alimentaire pauvre en sulfites et en protéines de lait de vache.

Les sulfites sont retrouvés en général dans le vin blanc pétillant ou dans le champagne et les protéines de lait de vache notamment dans les fromages.

Ceci n’est pas consensuel mais est souvent proposé sans restriction drastique.

 

Quels sont les traitements à venir ? Y a-t’il de l’espoir pour ceux qui sont touchés par cette pathologie ?

Concernant la polypose nasosinusienne en échec de traitement médical et chirurgical, il existe maintenant la biothérapie ou l’immunothérapie qui diminue les récidives.

Il s’agit d’un traitement d’injection sous la peau d’anticorps contre les anticorps secrétés par l’inflammation nasale. Il s’agit d’une prescription hospitalière et son coût est onéreux, c’est la raison pour laquelle la décision est prise au sein d’un comité de médecins.

Les effets secondaires sont mineurs et peu fréquents.

Il s’agit d’un traitement d’espoir pour les patients porteurs d’une polypose nasosinusienne récalcitrante et invalidante.

Cliquez sur l’article ci-dessous pour le visualiser

 


 

Un grand merci au docteur Robert CHHUOR pour sa disponibilité et pour la mise à disposition de toutes toutes ces informations.

 

Amicalement,

 

Jean-Michel Maillard
Président de l’association ‘anosmie.org’

Author: j2m

20 thoughts on “La perte d’odorat, polypose naso-sinusienne, un espoir pour ceux qui en souffrent ?

  1. Pierre L 24 août 2021 at 11 h 46 min

    Les différents commentaires indiquent que les traitements médicamenteux ne donnent pas de résultats probants dans la durée. En clair, les médicaments visent à traiter les conséquences (nez qui coule, maux de tête, etc…) mais pas les causes. Hors il convient de se focaliser sur les causes inflammatoires. Les causes sont très liées à l’alimentation et exigent de fait un solide passage au crible des aliments consommés. Pour ma part (sinusite et polypose depuis 1/2 siècle) j’ai tout tenté côté médicaments en suivant les préconisations des différents médecins….ceci sans résultat. Depuis la modification drastique de mon mode d’alimentation il y a 1 mois, les résultats sont exceptionnellement encourageants et montrent que les traitements médicamenteux ne sont qu’une cautère que une jambe de bois..

  2. hive 16 août 2021 at 20 h 52 min

    Bonjour, depuis plus de 50 ans je souffre d’une sinusite maxillaire avec des polypes. Une ethmoectomie il y a 20 ans a ete salutaire pendant une petite dizaine d’annees. Des commentateurs avises qui se sont exprimes rappellent des medicaments que j’ai teste sans succes veritable a dire vrai. Aussi, il m’a paru hyper important de me focaliser sur les causes en faisant lun bilan alimentaire. Il faut absolument de pas consommer de lait, laitages, fromages (vache et autres). Il faut ecarter tout pain industriel …supermarches et aussi boulangers traditionnels qui utilisent des cereales chargees en gluten et d’additifs. Pain petit epautre, sarrasin, etc sont a retenir. Attention aux sulfites caches et aux glucides …reduire drastiquement toute boisson alcoolisee petillante, sucre blanc et tous produits industriels avec sucres caches. Il faut agir sur ces 3 axes (lait pain glucides). je viens de demarrer ce comportement alimentaire….les premieres ameliorations sont plus que probantes…nez debouche des 2 narine , toux reduite, sommeil en amelioration lie a moins de toux nocturne. Complements zinc, magnesium, vitamine C et K2 en cours de formulation pour accompagnement visant a compenser les reductions alimentaires et a trouver une solution durable visant a ne pas avoir a piocher dans les listes medicamenteuses deja teste

  3. monique 20 juillet 2021 at 17 h 09 min

    monique 20Juillet 2021
    C’est la premiere fois que je lis des commentaires sur la polypose nasale dont je suis atteinte depuis 25 ans donc plus de gout ni d’odorat !!!! je viens de passer une nouvelle fois un IRM et le radiologue m’a dévoilé qu il y avait agravation je me situe dans les Hauts de France et je souhaiterais rencontrer un specialiste digne de ce nom merci de bien vouloir m’aider
    j’ai apprecie ces commentaires car je me pensais plutot ISOLEE merci

  4. El gharbi 20 juin 2021 at 13 h 58 min

    Bonjour

    Je souffre de polypes stade 2 depuis mon opération des sinus en 2012.. déviation de la cloison puis perte totale de l’odorat et pas de goût. .j’arrive à retrouver les deux sens si je prends de fortes doses de solupred au moins 40 mg ou 60 mg…depuis janvier 2021 on m injecte du benralizumab des injections d’anticorps interlukine 5.malheureusement pas d’évolution pour le moment j’attends ma 5 eme injection le 2 juillet. .
    Jai le nez tout les jours bouché avec sécrétion jaune obligé de laver le nez tous les jours plus complètement alimentaires (plantain, sureau et bourgeon de cassis plus oméga 3 plusieurs mois)…je me demande si le dupilumab cest la meme est identique au benralizumab. .certes ce sont des anticorps interlukine 5 mais à la difference un est prescrit que par les pneumo car cest à la base un traitement contre toute sorte d asthme et le dupilumab prescrit par les orl et pneumo. ..
    J’espère sortir de cette maladie jai aussi arrêter le lait de vache et tout les aliments enflammatoire..

  5. borgnat 22 mai 2021 at 1 h 02 min

    Bonjour,
    Depuis toute petite, j’avais surtout en hiver des rhinites mais pas d’infections ni d’asthme………..En grandissant, toujour le même probleme en hiver et pieds froid (j’ai actuellement 58 ans)……Parisienne puis vaucluse pour mes études……toujours enrhumée en hiver mais pas d’ashtme………Puis retour à Paris pour trouver du travail en 1991 et au bout de 13 jours un gros gêne respiratoire après avoir couru comme une folle pour ne pas rater mon métro..J’étais tellement naze que j’ai cru que je faisais un malaise cardiaque….j’ai vu deux pneumologues qui m’ont dit que j’avais du mal à respirer car j’avais une polypose bilatérale…bref………..puis j’ai été opérée par le dr herman Lariboisière (ethmoïdectomie et polypectomie)………Mon nez était une poubelle…avec des espèces de gros mastics dans le pif !……..Herman qui à pourtant l’habitude n’avais jamais vu cela……….6 mois après l’opération retour polypes…sauf le côté gauche mais par la suite pendant des années plus ces espèces de gros mastics dans le pif..normal, grâce à Herman, fausses nasales dégagées………..mais toujours des sinusites surtout en hiver et quand je sortais de chez moi ……..J’ai foutu cela sur le dos de la pollution avec le froid…..j’ai revu un autre orl qui m’a dit que j’avais certainement la maldi de widal.ok……….j’ai évité les plats préparés, les laitages et je suis devenue végétarienne……….pratiquement plus de sinusites et avec le confinement par un coup de baguette magique plus de sinusités, super odorat mais beaucoup d’asthme….souvent obligée de prendre du 2 mg pendant 4 jours…..le moindre verre de bierre ou de pinard c’est la cata, sauf si je prends du vin sans sulfites ajoutés mais il ne faut pas que j’abuse……2 verres pas plus……….. en fait, je crois que c’est une question de dosage…….le lait et la farine c’est une cata… sans compter l le mal de bide avec ballonements……..conclusion : pollution, froid, laitages, alcool car sulfites c’est l’enfer !

  6. Ghislain 15 avril 2021 at 2 h 43 min

    Bonjour Fabienne,
    Merci pour votre message. Pour information, l’association permet de partager nos expériences entre malades mais en aucun ne peut se substituer à un avis médical.
    La polypose nasosinusienne est en effet une maladie très invalidante. On ne guérit pas puisqu’il s’agit d’une maladie chronique. Elle est plus ou moins sévère en fonction de chaque individu. A ce jour, ll est prescrit aux malades des traitements afin d’atténuer le plus possible les symptômes. Il y a effectivement des recherches sur les biothérapies qui constituent une avancée pour les mois et les années à venir. Je vous invite à visiter le site de l’association régulièrement afin de connaître la date de la prochaine réunion pour y participer. Ainsi nous pourrons échanger plus longuement.

    Cordialement

  7. Fabienne 11 avril 2021 at 13 h 01 min

    Bonjour,
    Je souffre de la maladie de Widal ( polypose nasale – asthme – allergies ) depuis plus de 25 ans avec perte totale de l’odorat.
    J’ai subi une operation en février 2019, pendant 6 mois c’était un véritable bonheur de respirer par le nez puis les polypes sont revenus.
    J’ai la bouche sèche et mal à la gorge à force de respirer par la bouche !
    C’est une maladie vraiment invalidante !
    Y a t il des recherches scientifiques actuellement sur cette maladie ou pas ?
    Peut on avoir l’espoir de guérir de celle maladie ?
    Qu’est ce qu’on se sent désarmé !
    Je vous remercie de me tenir informée,

  8. Philippe LONGUEPEE 28 mars 2021 at 9 h 10 min

    Bonjour,
    Je souffre également de la maladie de Widal depuis 15 ans.
    J’ai été opéré des voies nasales et des sinus pour me retirer tous les polypes.
    Depuis, j’ai un traitement corticoïdes à vie (Nasonex) et les polypes non pas repoussés.
    J’ai perdu tout mon odorat et je voudrais savoir s’il existe une solution pour le retrouver ?

    Je vous remercie d’avance.

  9. j2m 19 décembre 2020 at 12 h 17 min

    Bonjour,
    La crise du covid vient de mettre en évidence que l’odorat était …finalement…un sens aussi précieux que les autres et c’est une bonne chose. La vision par la société des troubles de l’odorat va donc changer, cela mettra du temps mais nous pouvons en avoir la certitude. Ces changements auront un impact sur les personnes atteintes de PNS. C’est donc à nous, communauté anosmique, de nous faire entendre en continuant de nous regrouper au sein de l’association. Nous organiserons le 14 janvier 2021 à partir de 20h00 une réunion en ligne pour évoquer la Polypose Naso Sinusienne et ses conséquences, ses traitements, etc..
    L’association a depuis quelques semaines une ambassadrice dédiée à la PNS, Constance Breux m’accompagnera donc lors de cette réunion et nous tacherons de porter votre souffrance aux médias et aux acteurs de la santé en France pour les pousser à trouver des solutions, je pense que nous devons être optimiste pour cette pathologie.
    Amicalement,

  10. Anonyme 18 décembre 2020 at 23 h 34 min

    Je suis atteinte de cette maladie depuis 30 ans avait 20ans quand sa commencé et je me suis fait opéré il a 20 ans et j ai repris vie quelque année mais malheureusement sa na durée que quelque année apres les polypes son revenue et l enfer plus odora plus de goût asthme et tout c traitement et le medecin qui vous renouvelle votre ordonnance comme si vous allez payé votre loyer rien na foutre de c que je peu ressentir je ne c même pas faire la différence entre un chocolat ou un café franchement sa me tape sur les nerfs

  11. chesnel 18 décembre 2020 at 23 h 32 min

    Je suis atteinte de cette maladie depuis 30 ans avait 20ans quand sa commencé et je me suis fait opéré il a 20 ans et j ai repris vie quelque année mais malheureusement sa na durée que quelque année apres les polypes son revenue et l enfer plus odora plus de goût asthme et tout c traitement et le medecin qui vous renouvelle votre ordonnance comme si vous allez payé votre loyer rien na foutre de c que je peu ressentir je ne c même pas faire la différence entre un chocolat ou un café franchement sa me tape sur les nerfs

  12. Anonyme 14 novembre 2020 at 20 h 35 min

    Atteinte de la maladie de widal, j’ai eu deux opération des sinus, extraction avec lasso, laser, corticothérapie à répétition… anosmie totale et donc agueusie pendant plus de 15 ans. Après avoir mangé des fruits secs ( pleins de sulfites) j’ai eu une poussée de polypes qui m’a valu un rendez vous pour une troisième opération… désespérée, je me suis lancée à fond dans un régime d’éviction : sulfites, céréales ( traitées aux sulfites ), et lait.. ça a marché : j’ai évité l’opération, et j’ai désormais de l’odorat ( beaucoup d’émotions le jour où il est revenu…) et beaucoup moins d’asthme.
    Un conseil: lisez les 2 livres de Bertrand Waterman, « polypeux « a fait une véritable enquête sur cette maladie et l’alimentation.

  13. Anonyme 1 novembre 2020 at 1 h 50 min

    bonjour après quasi un an de traitement corticoïde antibiothérapie et j’en passe on vient de me diagnostiquer une polypose nasosinusienne avec de l’asthme associé je n’arrive pas a soigner mon asthme pour l’instant et j’ai des crises la nuit, pas souvent heureusement pour moi, de sensation de brulure forte tout le long de la trachée avec comme si j’avais une boule qui allait m’empêcher de respire. Quelqu’un peut me dire c’est un symptôme de la maladie ? merci de me répondre

  14. MN Concaro 28 septembre 2020 at 22 h 46 min

    Je viens de relire l’interview du Dr Chhuor et de rerelire l’article sur la biothérapie qui me laisse rêveuse. Après des années de traitement avec corticoïdes nasaux et par voie orale, plusieurs fois par an, j’ai été opérée en juin. Après deux mois de répits où j’ai respiré librement avec les poumons non encombrés, en ayant retrouvé l’odorat et le gout tout doucement ils ont disparu sans que les narines soient bouchées. Je viens de replonger et la chute est dure. Je reprends de la cortisone par voie orale pour essayer d’enrayer la descente et me demande si de nouveaux traitements ne sont pas accessibles. C’est pourquoi l’article sur la biothérapie a piqué ma curiosité mais elle a l’air de n’être proposée qu’au compte goutte. De plus son coût est inabordable (sauf grosse fortune…environ1800€ l’injection tous les 15 jours) , non remboursé dans le cas de polypes par la sécurité sociale d’après ce que j’ai pu lire par ailleurs (remboursé à 65% dans les cas grave de dermatologie). Si c’est bien le cas, une action pourrait peut-être faire avancer les choses… Et merci pour tous ces articles!

  15. Emmanuel H 22 août 2020 at 15 h 43 min

    Très intéressant, merci au docteur Robert CHHUOR pour le partage et le temps consacré.
    Bon courage à tous

  16. j2m 6 août 2020 at 21 h 43 min

    Bonsoir Souad,

    Merci pour votre message, vous trouverez dans le menu ‘L’anosmie’ puis ‘réseau anosmie’ puis ‘rechercher un spécialiste’ les adresses des professionnels de santé que nous avons enregistrés suite à des messages reçus de personnes qui sont allés les rencontrés. Pour Toulouse nous avons une adresse au CHU. N’oubliez pas de nous faire un retour.

  17. Souad 6 août 2020 at 21 h 02 min

    Bonjour,
    Je suis heureuse d’entendre un médecin parler de ce nouveau traitement prometteur. Je souffre d’une polypose nasale depuis plus de 25 ans. J’en ai parlé avec un ORL sur Toulouse qui ne semblait par connaître ce traitement et qui m’a dit clairement que je devais vivre avec . C’était dans une clinique. Pensez vous qu’un médecin en hôpital serait plus à l’écoute. Si oui dans quel hôpital de Toulouse puis je le trouver.
    Merci pour l’attention que vous porterez à ce message.

  18. Drujon 3 août 2020 at 0 h 09 min

    Je viens de laisser le dernier commentaire mais il est resté anonyme ce que je ne souhaitais pas

  19. Anonyme 3 août 2020 at 0 h 07 min

    Merci pour cette interview
    Elle me donne vraiment de l’espoir et je m’y retrouve complètement !
    J’aimerais savoir s’il est possible de aller à Nantes pour rencontrer ce professeur ou s’il existe des médecins aussi compétents et sensibilisés à notre double handicap soit dans le Loiret soit en région parisienne ?
    Néanmoins je suis prête à me rendre à Nantes si cela peut aider à ma guérison car cela fait plus de 25 ans que cela dure pour moi …

  20. Anonyme 1 août 2020 at 23 h 31 min

    Bonjour,
    Quel est ce traitement d’anticorps injectes sous la peau contre des anticorps secretés par l’inflammation nasale ? S’agit-il d’injection d’immunoglobuline ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.