Les conséquences

 

Les causes de l’anosmie sont quelquefois inexpliquées mais sont en grande majorité connues du corps médical. En revanche, les conséquences de l’Anosmie sont inconnues car peu étudiées. Je vais tenter dans les quelques lignes ci-dessous de vous donner ma vision de ces conséquences, avec le recul qui est le mien aujourd’hui, après 3 longues années d’anosmie. Avant de développer, vous trouverez ci-dessous quelques informations précieuses pour bien comprendre à quel point l’odorat est un sens magique !

 

 

Copyright www.sciencesetavenir.fr

 

L’anosmie entraîne l’agueusie (perte du goût) !

 

Oui, en perdant l’odorat nous perdons aussi 80% de notre goût. Tout simplement en raison du mécanisme du goût qui fonctionne en grande partie par la rétro-olfaction, les saveurs explosent en bouche et remontent par l’arrière de la gorge (rétro olfaction). Lorsque vous êtes anosmique il ne vous reste plus que vos papilles qui déterminerons le sucré, le salé, l’acide, l’amer, l’umami ainsi que le nerf ‘trijumeau‘ pour apprécier les aliments ou autres substances qui vous passent dans la bouche. L’apprentissage est donc à refaire avec ce qu’il vous reste du système gustatif… Les chercheurs, médecins avertis, nous conseillent ‘d’intellectualiser‘ de nouveau les aliments, comme lors de notre apprentissage de la vie ! (ça, c’est de la tomate… ça, c’est du chocolat… ça, c’est de la menthe…). Je dois vous avouer que mes goûts ont beaucoup changé depuis mon accident, la nourriture me semble trop sucrée, pas assez salée, les boissons sont ‘neutres‘ sauf s’il s’agit de fruits rouges (oranges sanguines) et la sensation de manger ‘du carton‘ est trop fréquente et m’amène trop souvent à ‘sauter’ les repas.

 

Copyright www.jim.fr

 

Copyright http://interwd.be

 

Vous trouverez dans le schéma ci-dessous la représentation (en jaune) du nerf ‘trijumeau‘, j’ai aussi entendu ‘trigerminal‘.

 

Copyright www.jim.fr

 

 

Après ces quelques explications sur les aspects ‘mécaniques‘ de l’anosmie, il existe aussi d’autres conséquences, plus personnelles, plus lentes, plus graves, plus profondes. Il y a tout d’abord l’aspect temporel. La perte de l’odorat ne vous fait pas souffrir dans les premières semaines, les premiers mois, notre cerveau compense cette perte et nous trompe en envoyant les signaux des odeurs qui n’existent pas (une publicité d’une grande marque de distribution a circuler durant quelques semaines à ce sujet. Elles présentaient 3 glaces au citron de 3 couleurs différentes et les participants ‘juraient’ que ces glaces avaient 3 parfums différents. La puissance de notre cerveau ! La cloche de verre qui s’installe doucement provoque une fracture entre nous et les autres, entre nous et le monde olfactif, doucement, jour après jour, nous entrons dans un monde sans saveur, sans émotion. Nous sommes bien à côtés de vous, parmi vous, mais nous ne participons plus aussi intensément au spectacle olfactif, au repas, au parfum, au café, aux câlins, au printemps, etc..

Perdre l’odorat c’est perdre sa boussole ! Ce sens magique, déclencheur d’enthousiasme et de souvenirs, ce sens capable de vous faire voyager en une fraction de seconde lorsque vous ouvrez les tiroirs d’une vielle armoire et respirez l’odeur du vieux linge, de vous donner du cœur à l’ouvrage à l’approche du déjeuner par une simple odeur de cuisine, de vous pousser à donner le meilleur de vous même en entrant dans la salle de sport, dans un vestiaire ou en arrivant sur un circuit automobile ou sur un hippodrome, de renforcer votre satisfaction d’avoir entretenu vos espaces verts, d’avoir terminé vos travaux ou préparé un excellent repas pour votre famille, de vous rapprocher de vos enfants lorsque vous les embrassez, de vous enivrer lorsque le parfum de votre femme vous traverse, ou tout simplement de vous satisfaire de sentir ‘le propre’.

Ce sens est aussi celui du danger ! Il vous protège d’une fuite de gaz, d’une fumée ou d’une vapeur nocive, d’un élément en surchauffe dans votre voiture, il vous protège aussi contre les intoxications alimentaires, il vous permet de détecter la fermentation avancée d’une bouteille de lait, d’un yaourt ou d’un jus d’orange, le vieillissement d’un poisson ou d’une viande, d’un reste de nourriture dans votre réfrigérateur, il vous permet aussi tout simplement de savoir si vos mains sont propres, etc..

 

Je pourrais ainsi vous citer des milliers d’exemples pour tenter de vous faire comprendre dans quel univers les anosmiques vivent.

 

Dans le 1er article de ce site je faisais un parallèle entre 2 mondes… le premier, celui d’avant, en ‘65 millions de couleurs’ ou les saveurs sont variées, différentes, ou le spectacle olfactif est permanent, le monde des ‘normosmiques‘ (personne qui possède son odorat). Les anosmiques vivent dans un monde en ‘niveau de gris‘ ou les saveurs n’existent plus, ou le quotidien n’est plus rythmé par toutes ces odeurs qui nous guident, consciemment ou inconsciemment dans nos choix à chaque instant.

 

 

 

⇐Les causes de l’Anosmie

 

Jean-Michel